Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Femmes    Pratique    Niger    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article




  Sondage


 Autres articles



Comment

Afrique

L’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo très suivie à Abidjan
Publié le mardi 19 fevrier 2013   |  Agence de Presse Africaine


CPI
© AFP par DR
CPI : l’ex Président ivoirien Laurent Gbagbo devant les juges
Mardi 19 février 2013. La Haye. L’ancien président ivoirien comparait à la Cour pénale internationale (CPI), pour crime contre l’humanité.


 Vos outils




Abidjan (Côte d’Ivoire) - L’audience de confirmation des charges contre l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné de crimes contre l’humanité, ouverte mardi après-midi à La Haye, est très suivie à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, a constaté un journaliste de APA sur place.

Au Plateau, le quartier administratif et des affaires de la capitale économique ivoirienne, les populations rassemblées dans un restaurant de la Rue du Commerce, suivent dans le silence et avec beaucoup de concentration, les déclarations de l’accusation et de la défense, diffusées sur un écran de télévision.

"Je pense que c’est l’avenir de la Côte d’Ivoire qui se joue à partir d’aujourd’hui à La Haye", déclare Hervé Dago, visiblement partisan de l’ancien Chef de l’Etat ivoirien.

Pour lui, "si l’affaire Gbagbo est jugée recevable à la CPI avec la confirmation des charges, cela va impacter négativement le processus de réconciliation nationale" avant même le "verdict du procès".

Prenant, à contre-pied cette position, Fabrice Koffi et Raoul Koné, qui ont le même point de vue, tranchent : "Il faut mettre fin à l’impunité. Gbagbo récolte ce qu’il a semé".

"De toutes les façons, je pense qu’à la CPI ce sont les arguments et les preuves qui auront droit de cité", renchérit Moussa Diawara, très pressé de regagner ses bureaux après la pose de midi.

A l’ouverture de l’audience de confirmation, la juge Silvia Fernandez de Gurmendi qui préside la chambre préliminaire, a rappelé les différentes procédures et méthodes de cette audience.

Assis derrière ses avocats, Laurent Gbagbo, vêtu d’un costume bleu foncé et d’une chemise et cravate bleu clair, présentait un air "serein".

L’objectif de cette audience est de permettre aux juges d’examiner les éléments de preuves rassemblés par l’accusation pour voir s’ils suffisamment solides pour permettre la tenue d’un procès.

"Cette audience n’est pas un procès. Elle doit permettre de savoir si l’affaire doit être renvoyée devant une chambre de première instance pour y être jugée", a d’emblée précisé Silvia Fernandez de Gurmendi.

Cette audience de confirmation des charges doit se conclure le 28 février par une déclaration de l’accusé, Laurent Gbagbo.

Il est reproché à M. Gbagbo qui est transféré à la CPI depuis le 29 novembre 2011, d’avoir a été co-auteur indirect de quatre chefs de crimes contre l’humanité, notamment ‘’meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains’’.

Son refus de reconnaitre la victoire de son challenger Alassane Ouattara à l’issue de la présidentielle du 28 novembre a conduit la Côte d’Ivoire dans une crise post électorale qui a fait de décembre 2010 à avril 2011, plus de 3000 morts.

LS/od

 Commentaires